La vie Trucs en vrac

L’enfant hypersensible

July 3, 2014

Souvent lancé comme une expression courante « oh ben toi dis donc t’es hyper sensible ! », il s’agit d’un trait de caractère génétique (et donc inné et héréditaire), pas d’une pathologie. Le cerveau ne traite pas les données sensorielles de la même manière.

Pourtant, au quotidien, notamment avec un enfant, cela peut s’avérer particulièrement difficile à gérer.
Souvent confondu avec la timidité, l’introversion ou pire… Des caprices, l’hypersensibilité est biologique, donc bien réelle. Elle touche 15 à 20% de la population mondiale.

Je vais me contenter, pour le paragraphe suivant, de citer Wikipedia, qui a réalisé une excellente liste de quelques unes des caractéristiques associées à l’hypersensibilité :

– Forte réactivité à des stimuli qui ne font pas réagir autant d’autres personnes (chatouilles, pincements,…).
– Grande faculté d’empathie.
– Débordement émotionnel face à des situations génératrices d’émotion
– Décalage entre la qualité, l’intensité, la fréquence, ou la durée de l’émotion, et la situation qui la génère.
– Amplification des ressentis.
– Mémorisation des expériences vécues avec beaucoup d’acuité.
– Capacité à rire, pleurer, être anxieux avec une fréquence ou une intensité plus élevée que la moyenne.
– Impulsivité et irritabilité.
– Tendance à être perturbé par toute difficulté ou dysfonctionnement imprévus.
– Très grande vigilance pouvant aller jusqu’à la méfiance.
– Introspection, voire rumination.
– Forte créativité et imagination.
– Ouverture à la spiritualité.
– Intuition fortement développée.
– Vie intérieure riche et complexe.
– Conscience des nuances subtiles de l’environnement.
– Dévouement et grand sens du service pour les autres.
– Influencé par l’humeur d’autrui.
– Sensible à la douleur.
– Besoin de s’isoler pour se reposer, se libérer de toutes stimulations et se retrouver.
– Humeur exacerbée, perturbée par la fatigue, la faim, les insomnies

hhs1

On ne “traite” pas l’hypersensibilité, mais on peut mettre en place beaucoup de choses afin de vivre normalement.

Contrètement, au quotidien pour un enfant cela se traduit par :

– Quand il a faim, soif ou sommeil, il devient très très irrité. Il peut mettre du temps à identifier son besoin, car le ressenti inconfortable prend le dessus. L’enfant peut donc se mettre à taper, hurler ou se rouler par terre « sans raison apparente » (trop facilement assimilable à un caprice) et seule la satisfaction de son besoin le sortira de sa colère.

En tant que parent ou personne référente, on peut anticiper cela en sachant à quelle heure il mange, et prévoir de le nourrir à l’heure avant que la sensation de faim ne devienne pour lui trop violente, par exemple.

– Plus que jamais, il faut l’aider à mettre des mots sur ce qu’il ressent. Plutôt que de le laisser dans sa détresse se dire « je me sens terriblement mal, mon corps a besoin de l’exprimer et je me sens différent… » il suffit de lui dire « tu es très énervé parce qu’en fait, tu as faim. C’est normal que tu aies faim, c’est l’heure de ton repas, viens, je vais te donner à manger. »

– Il faut éviter de mettre l’enfant hypersensible dans des situations qui le mettent mal à l’aise. Par exemple, très souvent, ils n’aiment pas du tout se salir. La sensation les dérange. Alors on leur propose un pinceau, plutôt que de la peinture à doigt. On leur met des petites sandales pour marcher dans le sable à la plage, plutôt que pieds nus, on leur propose des lunettes de soleil, on coupe les étiquettes des vêtements, on peut même mettre les chaussettes à l’envers pour que les coutures ne les dérangent pas au niveau des orteils.

– L’enfant hypersensible peut détester certains jeux : les acrobaties lui font peur, les manèges “à sensation” aussi. Il sursaute très facilement et n’aime pas être assis dos à la porte ou avoir son lit trop près de la porte. Il préfère dormir du côté du mur.

– Il faut être vigilent pour savoir reconnaitre les situations qui mettent l’enfant en détresse : par exemple, un groupe d’enfants qui dansent en criant, avec de la musique. Le petit hypersensible, pour qui les stimulis seront trop nombreux et trop durs à traiter, peut se mettre à crier, pousser ou frapper les autres, voire entrer dans une véritable crise d’hystérie. Le mieux est de l’emmener à l’écart pour qu’il se recentre sur lui même, et lui proposer une activité calme.

Il existe un livre pour enfants sur le sujet « Trop de stimulis pour Alexi » avec une histoire illustrée, et à la fin un article pour les parents.

ACH003101549.1335793761.580x580

Quand on réalise qu’un enfant qui hurle à se pâmer quand il se blesse, le fait parce que vraiment, il a très, très mal, mais aussi parce que tomber lui a valu un sentiment d’échec et de honte terrible… Ben on aborde les choses de façon beaucoup plus sereine. On ne se dit plus, et on ne lui dit plus “roooh ben dis donc arrête d’en rajouter des caisses quand même c’est rien !” mais on agit davantage en connaissance de cause.

Tout se passe beaucoup mieux, les crises disparaissent, ou sont moindre.

J’ajoute aussi que l’hypersensible a un instinct de survie extrême qui peut totalement le bloquer dans la réalisation de certaines choses. Bien sûr, inutile de dire qu’il ne faut surtout pas insister… Ils ne peuvent pas s’élancer pour faire la roue ou plonger tête la première, par exemple, impossible, leur cerveau refuse.

Dans un manège de type “grand 8”, ils ont littéralement la sensation qu’ils vont mourir et vivent des sensations horribles.

Ils ont le vertige de façon exagérée, descendre un escalier un peu long peut les faire paniquer.

Globalement, les 5 sens sont plus aiguisés.

Tout est plus fort : les odeurs, le bruit, le contact sur la peau… L’eau trop chaude ou trop froide… Souvent aussi, ils ont un espace personnel très petit : ils n’aiment pas trop les bisous et les câlins, mais ont par contre un grand besoin d’amour.

Quand je vois ma fille commencer à s’énerver, j’ai ma petite routine : “quelle heure est-il, est ce que son repas est proche ? voyons, est ce qu’elle a chaud ?” Etc… C’est dingue à quel point enlever simplement le pull peut provoquer l’arrêt d’une crise de nerf, parce que l’enfant avait chaud et ne le supportait plus…

En grandissant, l’hypersensible s’adapte : de par l’expérience, déjà. Mais aussi et surtout parce qu’il est capable de comprendre ce qu’il vit, d’analyser et d’apporter lui même les réponses adéquates à un inconfort.

L’enfant hypersensible est empathique, généreux, créatif, intelligent, aimant, intuitif… Alors même si c’est parfois compliqué, il faut se concentrer sur les bons côtés !

hhs3

FacebookTwitterGoogle+Share

You Might Also Like

14 Comments

  • Reply Margarida July 4, 2014 at 06:42

    Très bon article, encore une fois, bien documenté et bien expliqué, sans détours. En plus tu as raison quand tu dis que l’hypersensibilité a aussi des bons côtés ! Je trouve aussi que parfois on utilise la phrase “tu es trop sensible” sans faire attention et surtout que dire ça à une personne/enfant sensible va le rendre encore plus sensible/triste/furieux/pensif, etc.

    (sinon, je sais que ce n’est pas le but de ton article mais je voulais quand même te dire : très joli photo de la petite !!!)

    Bisous et belle journée !!

    • Reply Daljaa July 4, 2014 at 07:26

      Merci Margarida ! En tant que parents nous n’avons découvert ça que quand notre fille avait 4 ans, parce que c’est assez méconnu et l’info peu relayée. Si je peux contribuer à faire connaitre un peu le phénomène ça peut probablement aider d’autres parents, ou même certains adultes qui ignoraient ce qu’ils vivaient 🙂

      Bises et bonne journée à toi aussi 😉

  • Reply Amélie July 4, 2014 at 09:16

    C’est tout le portrait de mon grand… très tôt on a vu qu’il était anxieux, très sensible… il flippait de tellement de trucs. Du coup on a vraiment mis l’accent sur l’expression de ses sentiments, et comme il a parlé très tôt ça a plutôt bien marché. je crois que ça l’a beaucoup aidé, de pouvoir dire “je suis inquiet, j’ai peur de ci ou ça”. Excellent article !!

    • Reply Daljaa July 4, 2014 at 09:40

      Eh oui c’est au final plus courant qu’on ne le pense, et si chez l’adulte ça peut être handicapant, alors chez l’enfant qui n’identifie pas ses émotions ça peut vraiment faire quelques dégâts 🙂 C’est bien de verbaliser ! Merci à toi 😉

  • Reply WonderMômes July 4, 2014 at 13:58

    Merci pour ce chouette article, mes enfants sont comme la tienne, mais ils ont un coeur gros comme ça, ça compense un peu 😉

    • Reply Daljaa July 4, 2014 at 14:27

      Oui c’est un très gros avantage, ces enfants là sont plein d’amour 🙂

  • Reply panaka62 July 4, 2014 at 18:39

    merci de m’éclairer à ce sujet, je ne connaissais pas

    • Reply Daljaa July 4, 2014 at 18:44

      Avec plaisir, merci à toi 🙂

  • Reply lilibulle July 4, 2014 at 19:11

    Ton article me parle énormément. Je suis hypersensible (mais si j’avais conscience d’une différence, j’ai rééllement posé un nom dessus depuis un an) et mes enfants sont très certainement hypersensibles avec une accentuation chez mon fils (de 4 ans et demi). Personnellement, à presque 40 ans, je n’ai toujours pas pris ça pour une force car plus j’ai grandi (et vieilli) et plus j’ai senti une grande différence avec les autres. Tout me touche et je n’ai aucune barrière pour les agressions verbales ou les sensations de tension quand j’entre dans une pièce. J’ai une intuition extrêmement développée et je commence tout juste à l’écouter …
    Par contre, ce qui me permet d’aller mieux, c’est déjà d’avoir mis un nom là dessus (après m’être sentie anormale pendant si longtemps) et je pratique la méditation, une activité physique (même douce), ça permet de rééquilibrer ma balance des émotions. Mais c’est une lutte quotidienne car l’hypersensibilité, même si elle a des côtés positifs, a néanmoins un grand côté négatif : celui du risque de tomber dans la dépression tellement tout nous touche.
    Du coup, je vais aller voir un psy pour mes enfants (spécialisé dans la précocité car j’ai des doutes aussi là dessus, étant donné que j’étais précoce moi même) car ils ont tous deux de grandes angoisses que je sens liées à cet état. Et j’aimerais qu’ils vivent mieux leur hypersensibilité que moi.
    Pour mon fils, quand il fait des crises, tout comme toi, je vérifie l’heure pour voir s’il n’a pas faim, soif ou sommeil (mais là, c’est plus dur car mon fils a des angoisses liées au sommeil) et ça fonctionne pas mal (50% des crises). Mais pour le reste, je suis un peu démunie …

    • Reply Daljaa July 5, 2014 at 08:54

      Je comprends bien tout ce que tu dis. J’ai les mêmes difficultés… Il y a des jours où ça me gâche la vie, c’est vrai, mais globalement, et avant même de mettre un nom dessus, j’ai toujours vécu ça comme une force. Je trouve que c’est une chance de percevoir aussi bien les choses. Même si souvent c’est compliqué !
      C’est important de bien accompagner ces enfants là, et de leur donner des clefs pour apprendre à bien vivre les situations difficiles que ça peut engendrer. L’essentiel, c’est de ne pas grandir en se sentant bizzare et différent, ne pas se laisser dire qu’on a juste mauvais caractère.
      Tu as lu les livres d’Isabelle Filliozat ? Ses passages sur “le réservoir d’amour de l’enfant” sont vraiment bien. Papa ou maman sont une pompe à amour, et le réservoir de l’enfant se vide régulièrement. A nous de le garder rempli, et souvent dans une crise, un gros câlin contenant permet de faire des miracles. Mais il faut aussi garder à l’esprit qu’on ne sera jamais parfait : un enfant, hypersensible ou pas, fait parfois des crises auquelles on ne saura pas répondre, et c’est normal de ne pas avoir toujours la réponse. On peut se contenter d’être là, c’est déjà bien…

  • Reply velvet July 19, 2014 at 07:15

    Et bien ta description me conforte dans mon idée.. Livia, moi, ma mère…merci beaucoup de m’avoir éclairée à ce sujet.. <3

    • Reply Daljaa July 19, 2014 at 07:21

      Avec plaisir 🙂 Je pense que quand on sait, on se sent moins coupable ou “pénible”. On le vivra pas forcément mieux, mais on peut l’accepter au moins. Et pour les enfants ça permet de mieux les aider 🙂

  • Reply Fanny December 7, 2016 at 21:41

    Voilà que je tombe sur un de tes billets en faisant une recherche pour Dali. Merci c’était très instructif. On dirait bien que j’ai une petite hyper sensible à la maison!

    • Reply Addfunandmix December 8, 2016 at 10:54

      Avec plaisir 🙂 C’est pas toujours facile, mais ces enfants-là sont merveilleux 🙂 Bises !

    Leave a Reply